Blog

Blog

Marc Membrado et Etienne Valayé d'Action12
|
Par AAA

La Trans Aubrac, promoteur du patrimoine naturel, gastronomique et culturel de l’Aveyron

Affiche TransAubrac 2019

A la veille de la nouvelle édition de la course Trans Aubrac, nous proposons de revenir sur la présentation de cette manifestation par le Président d’Action 12, Marc MEMBRADO et son animateur, Etienne VALAYE lors de l’Assemblée Générale d’Aveyron Ambition Attractivité le 6 décembre dernier.

AAA : Pouvez-vous nous présenter votre association créée il y a déjà 17 ans et la manifestation que vous portez depuis 2015, la Trans Aubrac ?

M. Marc MEMBRADO – Je vais faire assez rapide sur l’organisation et le fonctionnement de notre association. 
Il se trouve qu’en 2008 nous avons organisé une épreuve, une manifestation de course à pied, d’ultra trail. Pour les non-initiés le trail c’est de la course à pied sur des chemins et des parcours nature. Afin de pouvoir développer notre épreuve, nous avons créé un emploi et depuis nous essayons de toujours développer notre manifestation.
Les atouts que nous avons : nous utilisons le patrimoine aveyronnais. Le patrimoine naturel, c’est forcément les vallées de l'Aveyron puisque l’épreuve démarre à Bertholène à côté de Laissac, elle traverse les communes de Saint-Côme-d’Olt, elle remonte sur le plateau d'Aubrac du côté de Laguiole et elle traverse tout l’Aubrac pour passer à Aubrac et descendre sur Saint-Geniez-d’Olt. 
Le parcours fait 105 kilomètres, on est déjà dans des proportions assez importantes. 
On utilise un patrimoine naturel, l'Aveyron se prête très bien à ce genre d’épreuve.
Ensuite nous avons un patrimoine culturel. Le départ de l’épreuve se situe à Bertholène à 6 heures du matin dans les ruines du château de Bertholène avec un embrasement, un son et lumière. On passe à côté du château des Bourines, du château de Tholet, du château de Roquelaure, on arrive à Saint-Côme-d’Olt, un des plus beaux villages de France, on passe à côté de l’abbaye de Bonneval et après on traverse tout l’Aubrac qui est un lieu emblématique que beaucoup de sportifs et de coureurs connaissent.
On joue aussi la carte du patrimoine gastronomique. On a décidé depuis le début de notre organisation d’associer les acteurs locaux. On travaille essentiellement avec des entreprises locales tant du point de vue de l'organisation de nos ravitaillements avec les commerces de proximité, que ce soit sur Laissac, Bertholène, Saint-Côme-d’Olt, Laguiole et Saint-Geniez-d’Olt, que sur les acteurs qui nous suivent sur tout le parcours notamment avec la Brasserie d’Olt, les établissements Conquet, la cave coopérative de Marcillac. 
Nous essayons de faire connaître tous les acteurs locaux au travers de notre manifestation. Les chocolats de l’abbaye de Bonneval c'est pareil, c’est quelque chose qui est assez emblématique du territoire et du département, sans oublier sur le plateau de l’Aubrac à proximité de Laguiole le restaurant étoilé Michel Bras, qui n’est plus étoilé maintenant, les établissements Michel Bras ont apporté leur concours à notre manifestation pendant deux ans. 

AAA : Pouvez-vous nous indiquer en quoi la marque Aveyron Vivre Vrai s’insère dans cette démarche et pourquoi vous appuyer fortement dessus ?

M. Marc MEMBRADO – Par rapport à la Marque Aveyron Vivre Vrai nous partageons ses valeurs. Cela permet d’affirmer notre ancrage sur ce territoire puisque 80 % de nos intervenants sont des intervenants aveyronnais. Tout cela permet de donner une image de l’Aveyron vrai, sincère, nature, authentique pour donner envie à des coureurs de l'extérieur du département de venir participer à notre épreuve.
M. Étienne VALAYÉ – En 2014, la marque Aveyron Vivre Vrai a été créée. Pour nous cela a été un échange donnant-donnant qui nous a vraiment réussi, parce que dans tout ce que vient de décrire Marc MEMBRADO cela été notre volonté de mettre en avant le département de l’Aveyron, ne pas faire simplement une épreuve sportive. 
Avant 2014, on s’est confronté à des difficultés, dans les salons, sur des photos, sur les réseaux sociaux : comment vendre notre épreuve en ayant tout cela à raconter. Il faut le vivre. L’Aveyron, il faut le vivre pour le comprendre. Du coup, on avait du mal à faire notre communication.
Quand Aveyron Vivre Vrai s’est créé en 2014, on s’est dit c’est ça ! L’Aveyron c'est vrai, la Trans Aubrac c’est vrai, avec ces trois mots on avait su résumer tout ce qu’on vient de vous présenter.
À partir de là on a pu se mettre à communiquer différemment, à afficher ce logo et à répondre de manière plus longue aux gens qui nous demandaient, l’Aveyron ok, pourquoi c’est vrai ? Et là on leur expliquait vraiment notre démarche profonde pour construire cette épreuve. 
On a eu une très bonne progression en dix ans au niveau du nombre d’inscriptions à cet ultra trail. On va dire qu’Aveyron Ambition Attractivité, à travers Aveyron Vivre Vrai, a concouru à développer l’épreuve parce qu’à partir de 2014, on voit la forte hausse, on a pu enfin communiquer différemment, peut-être plus précisément. C’est en cela qu’Aveyron Vivre Vrai nous a énormément aidés.
A notre niveau on se pose la question et on en est convaincu qu’on a notre part d'attractivité. Nous aussi on va essayer de le rendre différemment à la marque. Pour avoir réfléchi avec M. Blaquière de la Brasserie d’Olt, le plus dur n’est pas de faire revenir les touristes, c’est de les amener la première fois sur l’Aubrac. Quand ils sont venus une fois sur l’Aubrac, il n’y a pas de souci ils y reviendront. La course est peut-être en ce sens un point d’ancrage touristique, faisons venir ces personnes une fois et elles y reviendront. On a la chance d’avoir 85 départements français qui sont représentés sur l'épreuve. Cette attractivité se fait à ce niveau-là.

AAA : Pouvez-vous nous communiquer quelques chiffres extraits de votre étude récente ?

M. Étienne VALAYÉ – Effectivement, suite à une étude qui a été réalisée cette année sur les retombées économiques de notre évènement on sait qu’on accueille essentiellement des cadres. C’est le profil type du coureur qui vient chez nous. 77 % sont nouveaux pratiquants ou ne sont jamais venus sur notre épreuve. Ce qui est intéressant c’est que 89 % d’entre eux n’habitent pas l'Aveyron. Par notre action on a aussi une petite part d’attractivité pour faire venir une fois ces « peut-être futurs » habitants de notre département.
L'Aveyronnais a une parole et on le retrouve aussi sur le retour de cette étude. Comment sommes-nous connus ? Essentiellement par le bouche-à-oreille, une personne sur deux vient sur notre épreuve uniquement parce qu’on lui a conseillé en lui disant « tu verras c’est une bonne épreuve » et ça, ça vaut tous les slogans du monde et cela vaut tous les montants publicitaires qu’on pourrait mettre à la radio ou à la télévision. 
Quand les gens repartent ils sont tous satisfaits, 99 %, et la plupart, répondant au questionnaire, disent qu’ils reviendront. 

AAA : Monsieur le Président, que diriez-vous en synthèse ?

M. Marc MEMBRADO – Que représente pour nous la marque Aveyron Vivre Vrai ? Vous le voyez au travers des chiffres qui vous sont présentés ici, c'est déjà pour nous 2 500 personnes qui viennent sur un week-end à l’occasion d'une manifestation. Au mois d'avril, en termes touristiques c’est une période relativement creuse, cela permet de vendre un certain nombre de nuitées sur tout le territoire que nous traversons. Au niveau des chiffres vous voyez l’impact économique de notre épreuve sur le département et plus précisément sur le territoire que nous traversons. 
Nous considérons la Marque Aveyron Vivre Vrai comme un label, c’est une forme de garantie par rapport aux personnes qui viennent de loin parfois et qui viennent retrouver chez nous toutes ces valeurs, tous ces éléments dont on a parlé depuis le début de cette réunion. Les gens retrouvent au travers de notre manifestation toutes ces valeurs et le fait d’avoir ce label ne fait qu’affirmer notre positionnement d'acteur dynamique sur ce département.

 

Pour en savoir plus sur la prochaine Trans Aubrac qui se déroulera le 20 avril 2019 : www.trans-aubrac.fr